Foutez la paix aux mamans !

Un moment que je n’ai pas écrit ici, très désappointée par une réunion du projet des rythmes scolaires dans laquelle on a demandé très clairement de NE PAS PARLER du projet, ne pas favoriser la propagation des idées. C’est totalement contraire à ma façon de voir les choses et de penser, pour moi quand une idée est bonne, ou qu’elle est au début d’un truc sympa, il faut prendre un mégaphone et la crier sur tous les toits. Mais non, à l’éducation nationale, c’est chuuuuuuuuuuut, des fois que tout le monde suive cette idée et qu’on se mettait à devoir examiner tous ces projets un par un, au lieu d’envoyer paître en bloc tous ceux qui ont décidé de ne pas rentrer dans le cadre (ridicule) de cette réforme…

Bref, je suis pas venue vous parler de ça, mais d’un truc qui me tient à coeur depuis un moment, un petit coup de gueule à pousser…

Quand vous êtes maman, ou que vous allez l’être, une foultitude de personnes très bien intentionnées et très bien pensantes vont venir vous dire quoi faire.

Alors attention, surtout si c’est votre premier bébé, vous êtes sans doute preneuse de bons conseils, mais des vrais conseils, pas des conneries…

Tu es enceinte ? oh super (ou pas) ! Alors passé le moment où on vous demande si vous avez la nausée, si vous êtes immunisée contre la toxo, si vous avez du diabète (tu veux pas que je te file mes derniers résultats d’analyses aussi ? non ? ça a l’air de t’intéresser ! J’ai eu mon prélèvement vaginal aussi, atta, je te retrouve ça ! ) vient alors le « Tu vas l’allaiter ? »
Des fois tu t’es posé la question, des fois pas encore. Dans tout les cas, c’est super intime comme question. Alors ta soeur, ta meilleure amie, ok ok, mais la vague connaissance que tu croises à la boulangerie et à qui tu n’as pu cacher ton bidou un peu rond….

Et là tu as les deux réactions :

« oh oui, IL FAUT l’allaiter, c’est mieux pour le bébé, c’est plus sain et surtout c’est naturel ! » euh ouais, mais bon, moi je sais pas mais je le sens pas l’allaitement, c’est bien les biberons non ?…
Bouuuuuuuuh vilaiiiiiine, mauvaise mère, au bûcher !

« Allaiter, mais ça va pas, on n’est pas des vaches ! Et puis sortir tes seins de partout comme ça, je trouve ça d’une impudeur !! » Ah… moi pourtant, dans mon bide, je le sens bien ce truc, j’ai l’impression que ça va être sympa pour mon bébé et moi… Mais c’est vrai que je vais devoir montrer mes seins à tout le monde et tout ? Pas cool ça…
Bouuuuuuuuuuh, la femme asservie, sors du XIXème siècle !

Non mais sérieux quoi !!!!! Si’l y a bien une décision importante qu’il faut que la maman sente au fond de son bide parce que c’est pas quelque chose de facile, c’est bien allaiter ! C’est intime, ça fait mal au départ, surtout si on est mal conseillée, mal accompagnée (hein…), bref, c’est pas les oignons de Mme Machin que tu croises dans la rue.

Mamans, faites selon votre coeur !

Ensuite, tu as ton beau bébé tout neuf, et là, plein de tes beaux principes volent en éclat, parce que, parce que, ben c’est pas facile, ton bébé est à part des autres, ce qui va lui convenir ne conviendra pas au fils de Mme Machin, et des fois, ce qui conviendra à numéro 1 n’ira pas du tout à numéro 2… Mais tout, genre, le couchage, le lait, le rythme, les couches, bref, tout !

Parfois, tu es avide de conseils, surtout si un souci te déborde…

Le pire, entendu souvent lors de l’expérience douloureuse d’une de mes proches (<3)

Un bébé, ça pleure !

Oh putain, c’est pas vrai ?? Un bébé ça pleure ? On m’avait pas dit moi, je pensais pas !

Mais bien sûr que tu sais qu’un bébé ça pleure ! Le truc le plus dur c’est de savoir pourquoi notre bibou est si mal… Et là, cette réflexion te renvoie ta culpabilité pleine face, tu sais pas le calmer, tu n’y arrives plus, tu es épuisée. Mais Mme Machin elle sait bien que c’est nooooormal que ton bébé hurle en se tordant. ELLE SAIT.

C’est des coliques, tous les bébés ont des coliques, un peu de patience que diable !

Mais oui mais oui, c’est ça sans doute, c’est toi qui n’es pas patiente… Mais…. Dans le fond de ton bidou tu sais… Et tu avais raison ma belle ! Non c’était pas normal, et tu as eu raison de t’accrocher à ton intuition. LesGens, ceux qui savent si bien, ils ne partagent pas ta vie, tes nuits, ils ne connaissent pas ton bébé tout neuf. Alors ces phrases toutes faites, basta quoi ! Si seulement ils avaient pu te conseiller, mais vraiment quoi, en cherchant à comprendre. Ou alors simplement compatir et se taire quand on ne sait pas.

Enfin voilà, pour toute la vie de ton bibou, tu auras des « CONseils », des trucs dont tu peux juste ne rien faire. A chaque étape, à chaque difficulté, Mme Machin sera là pour te toiser et te dire qu’elle, elle ferait mieux que toi. Ses enfants à elle ne pleuraient pas, ils ont été propres à 8mois, ont marché à 9, et se sont mis à parler à 11 (et ils ont sauté la moyenne section de maternelle !!! Si ça c’est pas une preuve !) . Parce qu’elle, elle savait. J’aimerais parfois remonter le temps pour voir, et parfois me délecter de voir qu’elle aussi, elle ne savait pas, elle s’est sentie aussi perdue que toi. Mais elle ne te l’avouera jamais ça, faut pas déconner, elle est parfaite elle ! Son fils avait des notes parfaites à l’école, est devenu médecin, n’est jamais sorti en boîte de nuit, ou dans tous les cas ne buvait pas, n’a jamais fait aucune erreur dans son parcours d’enfant et d’adolescent. Ça c’est grâce à cette mère parfaite qu’elle était.

J’ai écouté récemment un pédopsychiatre à la radio, il disait que ses parents n’étaient pas parfaits, qu’aucun parent n’est parfait, et c’est dans cette imperfection que l’enfant peut se construire.

Ton enfant regarde la télé ? Mais c’est maaaaaaal ça, tu démissionnes pour laisser la place à Garfield et Barbapapa ?!! Tu devrais avoir honte de t’octroyer un petit moment tranquille pour taper ce billet ! Non, chez maman parfaite, pas de télé.

Tu grondes ? Mais ça va pas non ? En plus je t’ai entendu, tu as crié lorsque ta numéro 2 a coupé les cheveux de numéro 1 (sic…). On laisse l’imagination de nos enfants aller, et si elle a envie de tester ses aptitudes à la coiffure, ben on laisse faire, au pire une petite remontrance. MAIS BIEN SUR !

M’enfin, sérieux, vous en connaissez des gens parfaits ? mais genre vraiment ? Qui n’ont fait aucune erreur dans leur vie ? Si c’est le cas, sont pas trop ennuyeux ?…

Parce qu’on avance avec ses erreurs, ses erreurs d’enfant, d’adolescent, de maman… Et pour le coup, après, ON SAIT. Enfin, on sait ce qu’on aurait pas du faire, mais c’est un bon début quand même !!

Enfin, pour vous faire sourire, un dernier conseil, donné par mon grand-père :

« Il faut qu’un nouveau né pleure 1/4h par jour, pour que ses poumons se développent bien ! »

Et là problème, le premier mois de sa vie, ma numéro 2 ne pleurait quasiment jamais. Elle disait si elle avait faim, si elle était sale, une fois le problème résolu, fini, plus de pleurs. J’ai eu de la chance ! Non ? Il FAUT qu’elle pleure ? Je fais quoi, je la pince ? 😀

Allez, suivez votre coeur les mamans, c’est la bonne voie, ça j’en suis sûre !

Soyez imparfaite, soyez vous même, c’est ça l’idéal pour votre enfant !

Et vous qui êtes professionnel de la petite enfance, médecin, infirmière, ou juste maman qui a trouvé LE truc, si vous avez de vrais bons conseils à donner, des vrais qui peuvent nous aider à avancer, allez-y, faites vous (nous) plaisir !

Pourquoi je ne boycotte pas (encore) la réforme des rythmes scolaires

Aujourd’hui, il y a eu un appel au boycott de la réforme des rythmes scolaires, certains parents ne mettent pas leurs enfants à l’école. Demain, ce sont des professeurs qui font grève. Partout ? non, un village d’irréductibles gaulois résiste encore et toujours…

Je suis allée il y a quelques temps à une réunion d’informations sur cette fameuse réforme. Bon, on nous explique les rythmes des enfants, que pour eux c’est mieux de les lever toujours à la même heure, et que la coupure du mercredi « casse » leur rythme. Moui, ok, je veux bien le croire. Mais je suis allée à cette réunion remontée comme un ressort…

Mes enfants sont en bas âge, 5ans pour la grande, à peine 2 pour la petite. Elles ont besoin de dormir, 10-11heures suffisent à la grande, mais la petite est une dormeuse et peut vous aligner 12 voire 13h de sommeil. Or je travaille, comme beaucoup de parents d’élèves de primaire. Le matin, j’ai aménagé mon temps de travail pour commencer un peu plus tard. Je laisse ma grande à la garderie de l’école vers 8h, puis je dépose la petite chez la nounou et peux ainsi accueillir mes patients à partir de 8h45. J’ai perdu certains patients qui désiraient des rendez vous plus tôt mais c’est un choix. Je ne m’imaginais pas conserver mes horaires d’avant, à savoir commencer à 8h, ce qui impliquait de mettre n°1 à la garderie vers 7h15, donc de la lever vers 6h… Ensuite le soir, je termine aussi plus tôt, à 19h. Avant, c’était plutôt 19h30-20h. En effet beaucoup de monde travaille aussi et demande des rendez vous au retour du travail, soit après 18h. DONC : j’arrive chez moi vers 19h30, le temps du bain, du repas, le coucher ne se fait pas bien avant 20h30, quand tout roule.  Donc le calcul est vite fait, lorsque je travaille, mes filles peuvent dormir un maximum de 10h30. Alors je voulais qu’on m’explique comment en les levant un jour de plus le matin tôt, elles pourraient être plus reposées… Quand n°2 va aller à l’école, le problème sera d’autant plus important que je sens qu’elle a plus besoin de sommeil que sa soeur. J’ai éclaté de rire (jaune) quand j’ai lu dans un article de journal « il faut que les parents couchent leurs enfants vers 19h30, on peut pas être derrière chaque parent ! » Mais ! Ce n’est pas de l’irresponsabilité, c’est juste que les gens ont un métier ! Et qu’encore j’ai pu aménager mes horaires, c’est loin d’être le cas de tout le monde !!!!

Donc je vous dis, j’étais très remontée lors de la réunion.

On nous a présenté une étude sur les rythmes, en gros ce document. Tout le temps de la présentation, je me disais (dans ma tête) « oui, dans l’absolu, c’est bien, pour l’enfant. Mais comment concilier ça avec des parents qui travaillent ? » J’ai surtout accroché le schéma de l’activité intellectuelle des enfants (page 4). Les enfants sont beaucoup plus réceptifs le matin, avec une grosse baisse de performance pouvant aller jusqu’à 14h30.

La réunion était conduite par plusieurs personnes qui avaient déjà réfléchi au problème : les professeurs de nos enfants, des représentants des municipalités (notre école rassemble deux communes) et quelques parents d’élèves.

Si la réforme est conduite sans réflexion, cela va nous amener dans une impasse comme celle que connaissent de nombreuses communes qui l’ont appliquée sans avoir réfléchi à comment l’organiser. Nous ne voulons pas de ça, pour le bien de nos enfants.

Déjà, là, ça me plait, on ne cherche pas à nous faire avaler la pilule comme je le pensais, mais une vraie réflexion a été conduite, pour nos enfants.

Le ministère de l’éducation demande une SEULE chose : un emploi du temps. Pour pouvoir organiser les remplacements. Prédécoupé comme on l’entend aux infos : 3/4h enlevés tous les soirs et rajoutés le mercredi matin. Mais, et c’est là que j’ai failli tomber de ma chaise, on est pas OBLIGES de faire comme ça. On reprend le schéma qui m’avait accroché l’oeil, et cela parait un peu bête quand on colle nos rythmes dessus, et encore plus les nouveaux rythmes. Par exemple le soir, on enlève justement le moment où l’enfant recommence à être réceptif pour le mettre dehors ? Le professeur qui conduit la réunion, qui se trouve aussi être le directeur de l’école, nous soumet une idée qu’il a eu : augmenter le temps du matin, le passer à 4h au lieu de 3, pour profiter au maximum de ce moment où l’enfant est réceptif, en aménageant deux pauses et un goûter. Puis, réaménager la pause méridienne. L’enfant à ce moment là est somnolent, lui donner la possibilité de se reposer, sans forcément faire la sieste, mais plutôt un « temps calme ». Et reprendre les cours plus tard. C’est une idée, rien n’est fait.

Ensuite, nous habitons dans les montagnes foréziennes. Un très joli coin, mais faire monter un animateur chez nous pour 3/4h le soir, ce n’est pas possible. Deuxième point abordé : les moyens, en gros, on en a pas. Je crois quelque chose comme un peu plus de 40€ par enfant et par an. Même pas une licence de sport. Alors faire monter quelqu’un de la plaine (20km) pour 3/4, c’est ridicule et impossible. Il va falloir penser différemment ce temps d’activité. Pourquoi pas en regroupant les heures, genre lundi et jeudi, école de 14h30 à 16h30, et mardi et vendredi, activités à ces mêmes horaires. 2 heures, ce n’est plus 3/4h, et là, on peut faire quelque chose ! Sur place, on a pas de moyens on a dit. J’ai d’ailleurs regretté qu’il n’y ai pas de représentant de la MJC d’un village voisin qui propose des activités aux enfants le mercredi, ils auraient pu nous dire s’il était possible de faire quelque chose chez nous.

L’idée principale est vraiment d’harmoniser au mieux la vie de l’enfant, en arrêtant les clivages « temps scolaire », « périscolaire », « extrascolaire » mais en conciliant tout ça autour des besoins de l’enfant.

Donc ce soir là on a créé un groupe de réflexion, qui se réunit toutes les semaines jusque début décembre pour essayer de construire un vrai projet (on doit rendre un emploi du temps pour le 16 décembre je crois) et ne pas subir cette réforme.

Alors non, je ne signerai pas de pétition. Je ne boycotterai pas l’école. Par respect pour ces gens qui s’impliquent, donnent de leur temps et des idées pour que cette réforme se passe mieux. Ce n’est pas l’état qui nous aide, oh non, mais cette réflexion concertée avec les parents, les professeurs et les municipalités, ça me plait.

Ensuite, si après tout ces efforts notre projet est refusé, là oui vous allez m’entendre crier à vos côtés, vous qui refusez cette réforme, parce qu’à un moment, on ne fait pas une réforme juste comme ça, histoire de dire on a fait un truc. Et si des gens réfléchissent aux moyens applicables dans leur petit village de montagne, et qu’ils se voient claquer la porte au nez, ça, ça va m’énerver encore plus…

Mes années 80

Je suis née en 79, et en ce moment, j’ai plein de moments nostalgie des années 80, j’y ai grandit, je vais vous expliquer…

Pour commencer, à l’école. La maîtresse utilise des polycops, avec une odeur d’alcool entêtante quand elle les fait… Pas de photocopie, pas d’imprimante, non un espèce de gros rouleau qu’elle tourne pour multiplier nos devoirs… Dans la cour, on joue, en général à l’élastique ou à la corde à sauter (avec les filles). Mais je suis un garçon manqué vous savez, et j’aime bien défier les garçons…. aux billes ! Je me souviens encore du jour où j’en ai plumé un, j’avais eu tout son stock, et c’est pas rien un stock de billes !!

POPPERS50

Purée quand je me relis, j’ai l’impression d’avoir grandit dans les années 50…
On avait les fameuses « puces sauteuses », on pouvait faire des concours avec ces machins en plastique. On les retournait et ça sautait super haut ^^ ça coûtait 2F, ce qui n’était pas rien quand même, imaginez vous qu’il existait à l’époque des bonbons à 5 centimes, bon, pas les meilleurs, les meilleurs restant les grosses cerises qui coûtaient quand même 30 centimes !! (et ma maman vendant des bonbons, je pouvais manger le tubo toute seule…)

Bref… on rentre à la maison, il est 16h30, et avant de goûter, un petit geste : on va allumer l’ordinateur, et lancer le jeu…

L’ordinateur ? un SUPER MO6 !!

mo6

C’est pas la classe à Dallas sérieux ?   8Bits, 128Ko de RAM !!! Truc de ouf !! On se tape des pages entières de langage basic pour obtenir… une voiture qui roule avec des arbres qui défilent derrière… Mais pas joli hein, non, dessiné brut, pixélisé et tout !! Mais c’est trop bien de faire de l’ordinateur. surtout que sur les 598 lignes de basic (j’ai moins de 10ans alors), t’as forcément fait une coquille, et t’as plus qu’à la retrouver pour que ta voiture avance, sinon « syntax error ». Bref, on met le jeu, dans le truc à cassette, on lance le chargement, et environ 20 minutes plus tard (le temps de goûter quoi) on peut jouer !!! Alors on joue au jardinier qui plante des tomates et attend qu’elles rougissent, on joue au sous-marin (le top alors, piquer la lampe de bureau de ma mère et fermer les volets du salon, total ambiance), on joue à l’avion, même si on a jamais réussi à le faire atterrir (ouais, on est pas très doué, mais la technologie facilite pas les choses). Et un jour, énervés par je ne sais quelle raison, on tape sur toutes les touches du clavier, et là… Deux visages apparaissent à l’écran. WHAT ? WAS PASSIERT ? KESKECE ? alors on a cherché, méthodiquement, en éliminant les touches une par une quelle combinaison de touches avait cet effet magique. Arrivés à Basic+POM6, on a bloqué un moment puis percuté, la clé magique, Basic+MO6, bien sûr… Et j’ai appris plus tard que c’était la photo des concepteurs…

Enfin, sinon, on regarde aussi la télé, un peu, quand maman nous fiche pas dehors parce qu’il fait beau (ah ouais, parce qu’il faut jouer dehors aussi, et comme j’habite un vieux village médiéval, je vous explique pas les jeux…). Donc quand il fait mauvais, je peux me lâcher sur le petit écran (vraiment petit d’ailleurs), je suis fan de Punkie Brewster, et son chien adorable, et je suis amoureuse de Richard Dean Anderson, capable de désamorcer une bombe avec un trombone !! Et moi qui ai même pas de trombone dans ma trousse, comment je ferai comme Mac Gyver si jamais j’avais à désamorcer une bombe demain ? Mamaaaaaaaan faut que tu m’achètes des trombones !!

Et Dorothée, incontournable si tu es enfant dans ces années là, et que tu possèdes une télé. D’abord RécréA2, puis le Club Dorothée… Tu connais par coeur « Allo allo monsieur l’ordinateur » ou son histoire de chaussettes (qui a des chaussettes rouges et jaunes à petits pois d’ailleurs ? moi je pense qu’elle fumait des trucs Dorothée…) et tu essaies avec grand mal d’apprendre à ton petit frère, de 5ans ton cadet « Ouh la menteuse, elle est amoureuse » pour faire un duo d’enfer. Bon OK, il parle à peine, mais il pourrait faire un effort quand même !! Et qui dit Dorothée dit dessins animés. Alors l’incontournable pour moi c’est « les cités d’or », je suis une grande fan, et mon chien (aujourd’hui) s’appelle comme un des personnages d’ailleurs… Dans le style grande aventure, tu as « les Mondes Engloutis », magnifique dessin animé, dont le générique te fout les frissons…Mais il y en a pleeeeein, tu as « Cat’s eyes », je m’y amuse en mettant mon ensemble de gymnastique et en sautant sur le lit, tu as bien sur « Les chevaliers du Zodiaque », avec l’autre qu’est trop beau et qui met 78 épisodes pour monter un put*** d’escalier. Tu es aussi fan des « cosmocats », les chats de l’espace et toi tu te vois trop bien comme la femme panthère. Tu as aussi « Belle et Sébastien », et dans le même genre « Rémi sans famille ». Mais aussi « les Gummies », « les Entrechats » (sont là),« Bibifoc » bibibibibibifooooooc, « Bouba » le petit ourson. Dans un autre style, tu as « le collège foufoufou », des gars complètement déjantés qui rapetissent, et aussi « Nicky Larson », qui se prend toujours des coups de masses de celle dont il est amoureux mais il l’avouera jamais et elle non plus….
Et le club Dorothée, c’est aussi les productions AB… et là, quand tu regardes avec le recul, tu te dis pu-tain… quand même… Hélène et les garçons et autres Premiers Baisers, sans parler des musclés, et leur fameux « Pas de pitié pour les croissants »…

Au niveau musical, en plus de Dorothée, tu as droit à Chantal Goya qui chante Pandi Panda, ou Bécassine c’est ma cousine… Mais ça c’est pour les bébés, hein, pas pour toi ^^

Et la télé commence aussi allègrement à t’abreuver de pubs, donc certaines marqueront ton esprit à tout jamais…
Le p’tit pimousse, petit mais costaud, qui donnera même le surnom d’une de mes amies plus tard !!
Et cette pub EDF, terrifiante en fait quand on y pense…Pas électrique, Nucléaire…
Tu sais qu’Ovomaltine, c’est de la dynamite (et qu’apparemment, les suisses parlent lentement)… Tu sais aussi que quand y’en a marre, y’a malabar !! Et qu’il faisait trop chaud pour travailler, pulcopulcooooopulcooo citron !! Que Carlos chantait les mérites de l’Oasis « mais qu’est-ce que tu bois doudou dis donc ? » Qu’il y avait des pubs pour de la bière et autres alcools aussi… Des pubs qui duraient plus d’1min, chose impossible aujourd’hui… Y’avait un type qui crachait dans son yop, et toi tu comprenais pas trop pourquoi il faisait ça, c’est que dans ton patelin, on te braquait rarement dans la rue, surtout pour un yaourt… Sur nos boites de Nesquick, y’a pas un lapin, mais un gros bonhomme jaune, Groquick, disparu fin des années 80… Et on te dit aussi que Raider c’est Twix et Twix c’est Raider avec une bonne femme qui danse avec un grand éventail…

Enfin voilà, ta carrière de gameuse (LOL) commencera qu’en 90 avec l’achat d’une NES avec ton argent de poche a toi, durement économisé, et la NES d’occasion du voisin de pendant les vacances qui te la vendra avec 4 jeux (dont Mario, bien sur, mais aussi un certain Zelda…) J’aurais aussi un Pc, d’une marque bizarre, et qui n’utilise pas windows, et dessus je jouerai au tout premier Prince Of Persia, avec des couleurs plus qu’improbables…Mais oui, années 90, donc c’est une autre histoire…

10 choses improbables dans ma voiture

J’ai nettoyé ma voiture, et comme chaque fois, j’y trouve des choses impossibles…

1-le stylo qui ne marche pas : IN-DIS-PEN-SABLE
ça c’est pour cet instant de joie quand vous cherchez désespérément un stylo et que vous tombez dessus. Ce petit moment de bonheur avant que vous ne vous rendiez compte de l’évidence : marche plus.

2-le zhu-zhu-pet coincé sous le siège. Un cadeau de votre fille. Pour qu’il vous rappelle quand vous prenez un virage un peu sec que vous roulez sans doute trop vite parce que son nez vient de s’écraser sous votre siège et qu’il se met à couiner pour manifester son mécontentement.

3- le crayola rouge coincé sous le siège auto : ah ben voilà, pour remplir le chèque, ça remplacera à merveille le stylo qui ne fonctionne plus ! Bon, remplit trois chèques à la fois par contre.

4- la carte mission Mac Do : avec le code pour aller sur le site et tout, souvenir d’un Happy Meal déballé prématurément (parce que d’habitude c’est dans le tiroir de la table du salon que vous les retrouvez.)

5- le parapluie dans le coffre : aaaaaaaah il est lààààà mon parapluie !!! Mais pourquoi je l’ai caché sous la moquette du coffre ? pour pas qu’on me le vole sans doute.

6- le chargeur de votre ancien téléphone. Alors ça, faudra m’expliquer, puisque la voiture est plus récente que mon téléphone… J’ai aussi un autre chargeur voiture qui ne correspond à rien de connu chez moi. Avis si vous pensez que c’est le vôtre.

7- la cassette vidéo enregistrée : là aussi, faudra m’expliquer, mon magneto a rendu l’âme il y a plusieurs années. Comme rien n’est inscrit dessus, je ne sais même pas de quoi il s’agit (indispensable aussi, ne pas marquer les vidéos, comme ça quand on les met en route, c’est suuuuuurpriiiiise !) Et pourquoi dans la voiture ? en prévision de l’achat d’un lecteur magnétoscope portable ? bon, ça a jamais existé, mais bon.

8-le gilet de sauvetage taille enfant. Sans doute en cas de naufrage, ou peut-être avais-je prévu des inondations genre fin du monde. Note : j’habite à 400km de la première étendue d’eau ressemblant à une mer ou un océan.

9-le tuba, caché dans le coffre. Aussi je suppose pour la fin du monde. J’ai été très prévoyante, pour pouvoir observer les poissons multicolores dans ma cour.

10-la laisse du chien. Parce que c’est bien là qu’elle se range, bien sûr, dans le vide poche passager. Comme ça, quand on veut aller se promener, je passe 1/2h à la chercher dans toute la maison, et fini par trouver un bout de ficelle pour l’attacher.

Hum… Mais je suis sure que par le passé, j’ai trouvé d’autres choses encore pire… Pas vous ?

Des sentiments si forts…

Ma fille a un amoureux. M. O. Ce fut le coup de foudre, il y a plus d’un an maintenant.

Au bout de seulement 2 jours d’école, elle nous mettait son nom à toutes les sauces, et M. O par ci, et M. O par là… Je faisais part de mon étonnement de la rapidité de la chose à la maîtresse  elle m’a répondu alors que les affinités se forment très vite…

Bon sang, moi qui pensais avoir encore quelques années de répit, c’est raté !

Mais au fur et à mesure que l’année avançait, il a fallu les séparer en cours, parce que sinon, impossible d’avoir l’un sans l’autre. Un dessin pour deux quand on fait art plastique, une assiette pour deux à la cantine, moi je mange ta viande, toi tu prends mes légumes…

Il a eu de la concurrence à un moment, mais non… « A. il veut pas être mon copain, il a dit non. » Premier râteau à 3 ans 1/2, tu en verras d’autres ma poulette !! Mais de toutes façons il n’aurait été que le deuxième le M. A., parce que le coeur de ma poulette est pris…

La kermesse de fin d’année. C’est marrant, y’a un toboggan géant gonflable !!! et y’a un jeu où faut faire tomber des boîtes ! ah oui, on s’amuse bien ! Mais… Et là, ses yeux s’éclairent ! IL est venu !!! Les premiers tours de toboggan se sont faits main dans la main…

Cet été, anniversaire de M. O. Il voulait inviter n°1 mais problème, nous n’étions pas joignables chez nous, c’était notre semaine dans le sud. A notre retour, des messages sur le répondeur, la fête est bientôt, si ma fille n’y est pas ce ne sera pas pareil. Alors on a mis une belle robe, acheté un petit cadeau, et j’ai emmené ma poulette à l’anniversaire. A part les frangines de 2 copains, elle était la seule fille. La seule invitée pour elle-même…

Bref, M. O, c’est quelqu’un. D’ailleurs, aujourd’hui, elle écrit deux choses : son propre prénom (normal !) et bien sûr, celui de M. O. Pas papa, pas maman, ni le nom de sa soeur, mais celui de son amoureux…

Je trouvais qu’elle m’en parlait moins cette année, ils sont séparés en cours et à la cantine, alors forcément, moins de choses à raconter.

Elle a pris la gastro, puis la varicelle, coup sur coup. De ce fait, elle rate pas mal l’école ces derniers temps…

Jeudi soir, on rentre, j’ai eu droit à une de ces fameuses colères, de celles qui n’ont ni queue ni tête, ni raison valable, juste l’expression d’une poulette épuisée… Elle pleurait dans sa chambre quand le téléphone a sonné.

« Allo oui bonjour, est-ce que je pourrais parler à n°1 ? »

Je toque à la porte de la rebelle énervée et lui annonce que le téléphone, c’est pour elle. Arrêt net des pleurs.

« -ça va ?
-oui (sanglotant quand même un peu)
-tu reviens quand à l’école
-je sais pas

j’interviens : lundi !
la maman de M. O : lundi c’est dans 4jours, pas demain, après y’a le week-end, et lundi, elle sera là.
et là…
-tu me manques
-moi aussi….
 »
Je vous passe l’explication sur les boutons qui sèchent et tout et tout mais ce coup de téléphone, qu’il a voulu passer, lui même, la force des sentiments qui en ressortait m’a scotchée, et rempli le coeur…

C’est quelque chose les sentiments à cet age. Je suis toujours capable de vous dire qu’en maternelle, j’avais un amoureux qui s’appelait Sylvain, je le revois le jour où il est parti, dans son gros blouson noir (j’ai toujours été une rebelle moi aussi)

Après le coup de téléphone, elle a eu un petit coup de blues, il lui manque fort… Mais lundi, ce sera bon, elle va le revoir…

donne ta main